Organisation Nationale Anti Dopage (ONAD) Fédération Wallonie-Bruxelles

S4. Modulateurs hormonaux et métaboliques

Définition

Les substances reprises dans cette classe influencent les effets des hormones ou accélèrent/ralentissent certaines réactions enzymatiques.

Les modulateurs hormonaux et métaboliques sont des substances qui:

  • influencent les hormones et par là même, leur action;
  • agissent sur le métabolisme.

* Les anti-œstrogènes peuvent empêcher la transformation de l'hormone sexuelle masculine testostérone en hormone sexuelle féminine œstrogène.


* Les inhibiteurs de la myostatine agissent sur la production endogène (formée dans le corps humain) de myostatine. Cette protéine a pour action de limiter la croissance musculaire pour éviter le développement incontrôlé des muscles.

* Les modulateurs métaboliques renferment :

  1. l’insuline
  2. les agonistes du récepteur δ activé par les proliférateurs des peroxysomes (PPARδ) (ex : GW1516) et les agonistes de l’axe PPARδ-protéine kinase activée par l’AMP (AMPK) (ex : AICAR)

Effets des modulateurs hormonaux et métaboliques

* L'utilisation dans le sport des anti-œstrogènes n'est pas destinée, en premier lieu, à augmenter les performances, mais plutôt à supprimer les effets secondaires indésirables d'un abus d'anabolisants.

Hommes: Chez l'homme, les stéroïdes anabolisants sont en partie transformés en œstrogène (hormone sexuelle féminine). Ainsi, l'élévation du taux d'œstrogène due à la prise d'anabolisants peut entrainer un développement anormal des glandes mammaires (gynécomastie) chez l'homme. Les anti-œstrogènes peuvent contrecarrer la transformation des anabolisants en œstrogène ou inhiber la stimulation de la croissance exercée sur les cellules par les œstrogènes.

Femmes: En thérapeutique médicale, les anti-œstrogènes, tels que la tamoxifène ou l'anastrozole, sont administrés dans le cadre de traitements du cancer du sein ainsi que d'autres tumeurs hormonodépendantes. Le raloxifène est utilisé dans traitement de l'ostéoporose (perte de masse/densité osseuse) et le clomifène pour la stimulation de l'ovulation. Les anti-œstrogènes stimulent également, dans une moindre mesure, l'augmentation de la libération de testostérone, ce qui favorise à son tour la croissance de la masse musculaire.


* Les inhibiteurs de la myostatine sont quant à eux utilisés pour leur action inhibitrice de la fonction régulatrice naturelle de la myostatine, ce qui conduit donc à une augmentation excessive de la masse musculaire.

* Dans le cadre de recherches pharmaceutiques sur les modulateurs métaboliques, des agents tels que l'AICAR et le GW1516 montrent des propriétés extraordinaires permettant d'augmenter la performance d'endurance. Les deux substances ont une influence sur le PPAR delta, un récepteur tout particulièrement présent dans le tissu adipeux et qui joue un rôle important dans l'équilibre énergétique de l'organisme.

REMARQUE : Les substances AICAR et GW1516 n'ont pas (encore) obtenu l'autorisation de mise sur le marché, mais elles sont déjà disponibles au marché noir.
 
Effets secondaires

Les anti-œstrogènes présentent un large éventail d'effets secondaires non spécifiques. Le risque d'effets indésirables diffère d'une substance à l'autre et inclut entre autres :

  • Bouffées de chaleur;
  • Fatigue;
  • Eruptions cutanées ;
  • Saignements vaginaux;
  • Douleurs abdominales;
  • Nausées ;
  • Maux de tête ;
  • Troubles de la vision ;
  • Risque élevé de thrombose (parfois).

La prise de modulateurs hormonaux et métaboliques constitue en plus une ingérence dans le système endocrinien (système glandulaire) du corps, augmentant ainsi le risque potentiel de certaines maladies graves.

Disciplines sportives concernées

Les hormones à action anti-œstrogénique et les modulateurs métaboliques sont utilisés pour empêcher les effets secondaires indésirables des stéroïdes anabolisants.
Leur usage abusif s'observe donc dans les disciplines sportives où le recours aux anabolisants est le plus courant. Les sports de force et de combat, tels que l'haltérophilie et la boxe, mais aussi les disciplines d'endurance, telles que le cyclisme et le ski de fond, sont donc particulièrement concernés.
L'utilisation abusive la plus largement répandue se retrouve dans le milieu du bodybuilding, puisque c’est aussi là que la prise d'anabolisants à forte dose est la plus répandue.


INSULINE

Définition

L’insuline est une hormone peptidique endogène produite dans le pancréas au sein de cellules regroupées en petits amas , appelés « ilots de Langerhans ».
Effets de l’insuline
L’insuline favorise la captation du glucose par les cellules (essentiellement au niveau du foie et des muscles) et la synthèse du glycogène, le tout aboutissant  une baisse de la glycémie.
Cette hormone inhibe également la dégradation des graisses, augmente la captation des acides aminés qui régulent le métabolisme et les processus de croissance dans l’organisme, protègent le corps ds maladies et des toxines et stimulent la division et la croissance cellulaires.

Effets secondaires

Le dopage à l'insuline peut être mortel!


Un surdosage d'insuline de synthèse se manifeste par :

  • Palpitations;
  • Agitation;
  • Tremblements;
  • Diabète (utilisation abusive).

REMARQUE : un forte chute de la glycémie associée à un apport énergétique insuffisant au niveau du système nerveux peut entrainer de graves lésions cérébrales, pouvant être mortelles.

Disciplines sportives concernées


L'utilisation abusive d'insuline est particulièrement répandue dans les milieux des sports de force, souvent en même temps que des stéroïdes anabolisants et des hormones de croissance. Les deux derniers stimulent le développement de la masse musculaire, alors que l'insuline en empêche la perte. L'hormone de croissance somatotropine réduit, de surcroît, la captation du glucose par les cellules musculaires, action compensée par l'insuline.
L'utilisation d'insuline de synthèse est également très répandue chez les athlètes d'endurance. En augmentant la mise en réserve du glycogène dans les muscles, l'insuline synthétique favorise l'endurance de force et de performance.