Organisation Nationale Anti Dopage (ONAD) Fédération Wallonie-Bruxelles

M2. Manipulation chimique et physique

La manipulation physique et chimique est le fait d’utiliser des substances ou des méthodes pour modifier un échantillon d’urine.

Effets indésirables et conséquences du dopage sanguin
La manipulation physique et chimique est la dernière catégorie de dopage en termes de fréquence d’utilisation et ne représente qu’un très faible pourcentage des résultats positifs dans le monde (< 0,1%). La manipulation physique est généralement préférée à la manipulation chimique.

Les tests antidopage tentent de dépister les agents masquants et analysent tout un ensemble de propriétés physiques et chimiques de l’urine afin de détecter tout signe de manipulation de l'échantillon.

Mode d'action

La manipulation chimique et physique est l'utilisation de substances et de procédés qui modifient, tentent de modifier ou risquent raisonnablement de modifier l'intégrité et la validité des échantillons utilisés lors des contrôles de dopage. Parmi ces substances et méthodes figurent entre autres la cathétérisation, la substitution ou l'altération des échantillons, mais également les perfusions intraveineuses et/ou injections de plus de 50 ml par période de 6 heures (à l’exception de celles reçues légitimement dans le cadre d’une admission hospitalière ou lors d’examens cliniques).

Effets secondaires

Les effets secondaires de la manipulation physique et chimique de l’échantillon d’urine sont limités et dépendent du type de manipulation. Plusieurs des méthodes utilisées pour manipuler les échantillons d’urine ont des effets secondaires nocifs.   

Par exemple :

  • La cathétérisation peut entraîner une cystite provoquée par une infection de la vessie et une inflammation du tractus urinaire inférieur.
  • Le remplacement d’urine peut également entraîner diverses infections.